Difference between revisions of "Paper - The sheep neopallium - study of its development and interpretation of its folds (1936)"

From Embryology
m
Line 4: Line 4:
 
! Online Editor  
 
! Online Editor  
 
|-
 
|-
| [[File:Mark_Hill.jpg|90px|left]] This 1936 paper by Anthony written in French describes development of the {{sheep}} {{cortex}} (neopallium} and interpretation of its folds.
+
| [[File:Mark_Hill.jpg|90px|left]] This 1936 paper by Anthony and De Grzybowski written in French describes development of the {{sheep}} {{cortex}} (neopallium} and interpretation of its folds.
 
<br>
 
<br>
 
<br>
 
<br>
Line 20: Line 20:
 
Par R. Anthony Professeur au Muséum national @ Histoire naturelle, Paris
 
Par R. Anthony Professeur au Muséum national @ Histoire naturelle, Paris
  
ET J. De Grzybowski Professeur agrégé de V Université de Varsovie
+
et J. De Grzybowski Professeur agrégé de V Université de Varsovie
  
 
Cr travail fait suite 4 nos publications antérieures sur le néopallium du Cheval,! du Porc? et du Boeuf.? L’ensemble de toutes ces recherches doit aboutir 4 une synthése du cerveau des Ongulés dont nous avons déja donné un premier apercgu‘ anticipant sur les conclusions que nous exposons ici relative- ment au cerveau du Mouton.
 
Cr travail fait suite 4 nos publications antérieures sur le néopallium du Cheval,! du Porc? et du Boeuf.? L’ensemble de toutes ces recherches doit aboutir 4 une synthése du cerveau des Ongulés dont nous avons déja donné un premier apercgu‘ anticipant sur les conclusions que nous exposons ici relative- ment au cerveau du Mouton.

Revision as of 15:55, 3 April 2020

Embryology - 29 May 2020    Facebook link Pinterest link Twitter link  Expand to Translate  
Google Translate - select your language from the list shown below (this will open a new external page)

العربية | català | 中文 | 中國傳統的 | français | Deutsche | עִברִית | हिंदी | bahasa Indonesia | italiano | 日本語 | 한국어 | မြန်မာ | Pilipino | Polskie | português | ਪੰਜਾਬੀ ਦੇ | Română | русский | Español | Swahili | Svensk | ไทย | Türkçe | اردو | ייִדיש | Tiếng Việt    These external translations are automated and may not be accurate. (More? About Translations)

A personal message from Dr Mark Hill (May 2020)  
Mark Hill.jpg
I have decided to take early retirement in September 2020. During the many years online I have received wonderful feedback from many readers, researchers and students interested in human embryology. I especially thank my research collaborators and contributors to the site. The good news is Embryology will remain online and I will continue my association with UNSW Australia. I look forward to updating and including the many exciting new discoveries in Embryology!

Anthony R. and De Grzybowski J. Le néopallium du mouton-etude de son développement et interprétation de ses plissements. (1936) J Anat. 71(1): 41-53. PMID 17104627

Online Editor  
Mark Hill.jpg
This 1936 paper by Anthony and De Grzybowski written in French describes development of the sheep cortex (neopallium} and interpretation of its folds.



Modern Notes: cortex | sheep

Neural Links: ectoderm | neural | neural crest | ventricular | sensory | Stage 22 | gliogenesis | neural fetal | Medicine Lecture - Neural | Lecture - Ectoderm | Lecture - Neural Crest | Lab - Early Neural | neural abnormalities | folic acid | iodine deficiency | Fetal Alcohol Syndrome | neural postnatal | neural examination | Histology | Historic Neural | Category:Neural



Template:Sheep links

Historic Disclaimer - information about historic embryology pages 
Mark Hill.jpg
Pages where the terms "Historic" (textbooks, papers, people, recommendations) appear on this site, and sections within pages where this disclaimer appears, indicate that the content and scientific understanding are specific to the time of publication. This means that while some scientific descriptions are still accurate, the terminology and interpretation of the developmental mechanisms reflect the understanding at the time of original publication and those of the preceding periods, these terms, interpretations and recommendations may not reflect our current scientific understanding.     (More? Embryology History | Historic Embryology Papers)

Le Néopallium du Mouton-etude de son Développement et Interprétation de ses Plissements

Par R. Anthony Professeur au Muséum national @ Histoire naturelle, Paris

et J. De Grzybowski Professeur agrégé de V Université de Varsovie

Cr travail fait suite 4 nos publications antérieures sur le néopallium du Cheval,! du Porc? et du Boeuf.? L’ensemble de toutes ces recherches doit aboutir 4 une synthése du cerveau des Ongulés dont nous avons déja donné un premier apercgu‘ anticipant sur les conclusions que nous exposons ici relative- ment au cerveau du Mouton.

De méme que dans nos publications précédentes, nous avons augmenté notre étude du développement du néopallium de quelques indications sur le développement du rhinencéphale.

En nous basant sur |’état du développement des trés nombreux cerveaux de foetus de Mouton que nous avons eu 4 notre disposition et qui proviennent tous des abattoirs de Paris, nous avons pu établir 9 stades dont le dernier correspond a un animal trés proche de la naissance, son cerveau étant ex- trémement voisin de celui d’un adulte. Nous avons fait notre possible pour que ces différents stades correspondent en gros 4 ceux que nous avons distingués chez le Boeuf.

Pour l’établissement de ces stades, la taille de l’animal n’a pas été prise en con- sidération, car, ici, comme partout ailleurs, elle est loin de correspondre 4 |’état de développement du cerveau. Lo

eur du Hauteur du télencéphale télencéphale Stade en mill. en mill.

I 9 7 I bis 10 8 II 15 12 III 17 14 III bis 20 15 IV 22 16 Vv 18 14 VI 26 19 VII 25 18 VIII 31 21 VIII bis 33 21 Ix 42 24

1 R, Anthony & J. de Grzybowski: “‘Le néopallium des Equidés. Etude du développement de ses plissements.” J. Anat., Lond., vol. LxIv, Jan. 1930.

2 R. Anthony & J. de Grzybowski: ‘‘Le néopallium des Suidés. Etude de son développement et interprétation de ses plissements. Arch. Zool. exp. gén., vol. jubilaire, t. xxiv, 1931.

3 R. Anthony & J. de Grzybowski: “Le néopallium du Beeuf. Etude de son développement et interprétation de ses plissements.” J. Anat., Lond., vol. Lxviu, July 1934.

4 R, Anthony & J. de Grzybowski: “‘L’operculisation du territoire central du néopallium chez les Ongulés.” Neurolog. Bladen (Festbunden Prof. C. U. Ariens Kappers), 1934. 42 R. Anthony et J. de Grzybowski

StapDE I

Ce stade I est absolument identique au stade I du Beeuf.

Sur la face externe (Fig. 1), on voit seulement la rhinale antérieure, com- pléte avec un début antérieur de rhinale postérieure; le néopallium est com- pléetement lisse.

Le rhinencéphale ne posséde pour encore que l’endorhinale toujours, par conséquent, d’un développement trés précoce.

La précocité de développement de la rhinale antérieure par rapport a la postérieure et le développement d’avant en arriére de cette derniére (Porc, Beeuf, Carnassiers, Primates) (I) s’éffirment une fois de plus comme des car- actéres trés généraux.

Sur la face interne (Fig. 2), on ne voit que la fissure hippocampienne est déja bien développée dans ses régions postérieures (fornicienne) et moyenne (supracalleuse). La fissura prima de His qui entaille déja chez le Boeuf le bord inférieur du lobe antérieur du rhinencéphale n’est pas encore indiquée ici.

Indice Haut. tél. x 100 =77-7, Long.

STADE I Bis

La seule différence que présente le stade I bis par rapport au stade I con- siste dans le complet développement de la rhinale postérieure (Fig. 3), au

moins sur la face externe

Indice Haut. tél. x 100 — 80-0. Long.

Stave II

En ce qui concerne la face externe (Fig. 4), bien que l’état de développe- ment soit sensiblement le méme que chez le Boeuf, une différence morphologi- que capitale est 4 signaler: le creusement de la fosse sylvienne débute chez le Beeuf par le creusement de l’ectosylvia antérieure; ici, c’est 4 dire chez le Mouton, il débute par le creusement de l’ectosylvia postérieure.

1 Le Cheval fait probablement exception & cette régle. Voir R. Anthony & J. de Grzybowski, loc. cit. 1930.


Légendes des figures 1-10 Fig. 1. Stade I. Face latérale externe gauche. ~ Fig. 2. Stade I. Face latérale interne droite. Fig. 3. Stade I bis. Face latérale externe gauche. Fig. 4. Stade II. Face latérale externe gauche. Fig. 5. Stade II. Face latérale interne gauche. Fig. 6. Stade III. Face latérale externe droite. Fig. 7. Stade III. Face supérieure. Fig. 8. Stade III. Face latérale interne gauche. Fig. 9. Stade III bis. Face latérale externe droite. Fig. 10. Stade III bis. Face supérieure.

44 R. Anthony et J. de Grzybowski

Par rapport a ce qu’on constate chez le Boeuf, la face interne (Fig. 5) est d’un développement un peu plus avancé que I’externe, en ce sens qu’il y existe un début supérieur de sulcus fimbrio-dentatus, c’est & dire un début de sépara- tion extérieurement visible entre le fimbria et le gyrus dentatus. C’est également dans sa partie supérieure que se creuse au début, chez le Beeuf, le sulcus jimbrio-dentatus; mais ce creusement ne se produit chez lui beaucoup plus tard, au stade IV, c’est 4 dire 4 un moment ou les plissements néopalléaux externes sont beaucoup plus développés et plus nombreux.

Haut. tél. x 100

Indice —Tong. = 80-0.

StTaDE ITI

Ce stade correspond 4 peu prés au stade IV du Beeuf. Sur la face externe (Fig. 6 et 7), on constate: la non-indication d’ectosylvia antérieure dont il convient de relever par conséquent le développement tardif chez le Mouton; le développement déja avancé de la suprasylvia (& apparition de laquelle nous n’avons pas assisté) et du coronal qui entaille déja le bord marginal antérieur de l’hémisphére, alors qu’il n’en n’est point ainsi chez le Boeuf. La presylvia et le latéral n’ont point encore fait leur apparition; et il en est de méme du sulcus sagittalis, sur le lobe piriforme du rhinencéphale, qu’on voit déja exister au stade IV du Beeuf.

La face interne (Fig. 8) est exactement dans le méme état de développe- ment qu’au stade IV chez le Boeuf [apparition de l’intercalaire (partie moyenne) et du genualis].

Haut. tél. x 100

Indice Long. = 82-3.

STADE III sis

Le stade III bis dont nous aurions pu faire un stade autonome est car- actérisé par l’apparition sur la face externe (Fig. 9 et 10) de l’ectosylvia anté- rieure, de la presylvia et du latéral (& droite seulement). Il n’existe pas de sulcus sagitialis au rhinencéphale. La face interne (Fig. 11) est restée semblable a ce qu'elle était au stade précédent.

Haut. tél. x 100

Indice Long. =75-0.

StaDE IV

Le stade IV est marqué sur la face externe (Fig. 12 et 18) par l’apparition du latéral gauche et surtout par l’élargissement et l’abaissement de la courbe ectosylvienne, ce qui est en rapport avec l’allongement antéro-postérieur plus marqué du télencéphale; le sulcus sagittalis ne s’est pas encore montré au rhinencéphale. Le Néopallium du Mouton 45

La face interne (Fig. 14) est caractérisée: par l’allongement et par l’appari- tion, au bord marginal postérieur, de la rhinale postérieure qui entaille ce bord d’une profonde encoche; par l’apparition d’une ébauche postérieure du calloso- marginal; par le creusement et l’allongement de l’intercalaire; enfin, au rhinen- céphale, par l’allongement du sulcus fimbrio-dentatus.

Indice Haut. tél. x 100 =72-7, Long.

STADE V

Le stade V est marqué, sur la face externe (Fig. 15), par apparition d’un sillon que, dans le cerveau du Bceuf, nous avons désigné par la lettre y. Mais, alors que, dans le cerveau du Beeuf, ce sillon que nous avons considéré comme une dépendance de la suprasylvia antérieure est indépendant de V’ectosylvia, il commence, ici, en connexion avec l’ectosylvia antérieure: les stades suivants nous montreront d’ailleurs qu’il est bien des cas, chez le Mouton, ot les relations entre y et l’ectosylvia n’existent pas. De plus, on voit aussi une liaison s’établir entre la swprasylvia et le coronal. Enfin, au rhinencéphale, le sulcus sagittalis a commencé de se montrer; son apparition est donc trés tardive.

Sur la face interne (Fig. 16), il est 4 noter qu’on ne voit pas, comme au stade précédent, de début de calloso-marginal; de méme, la rhinale postérieure n’entame pas le bord postérieur de l’hémisphére; par contre, le sulcus fimbrio- dentatus, a acquis sa longueur normale et définitive

Indice Haut. tél. x 100 =77-7. Long.

StapeE VI

Au stade VI, le sillon y n’existe pas sur la face externe (Fig. 17), comme au stade précédent; par contre, on voit apparaitre le sillon que nous avons désigné par la lettre 5 chez le Boeuf et que nous avons interprété comme étant le sillon oblique de Holl et d’Elliot Smith. De plus, l’ectosylvia présente, en son point de coudure, un sillon vertical (sillon axial de la 2éme circonvolution arquée); c’est un début de constitution du complexe sylvien.

Sur la face interne (Fig. 18) il n’y a rien de particulier, 4 signaler, si ce n’est, comme au stade précédent, l’absence de début de calloso-marginal.

Indice Haut. tél. x 100 = 73-0. Long.

Stabe VII

Le stade VII est caractérisé par une complication déja beaucoup plus accusée. Face externe (Fig. 19 et 20): Complication de la lévre inférieure de la 2¢me circonvolution arquée, en avant (ectosylvia antérieure); allongement des sillons y et 8 (y ne communiquant pas avec l’ectosylvia antérieure); allongement du sillon vertical surmontant le sommet de lectosylvia, par conséquent dé- 46 R. Anthony et J. de Grzybowski

S.

Ce. ep.

Cc.



Fig. 11. Stade III bis. Face latérale Fig. 12. Stade IV. Face latérale interne gauche. externe gauche.



Fig. 13. Stade IV. Face supérieure. Fig. 14. Stade IV. Face latérale interne gauche.


Fig. 15. Stade V. Face latérale Fig. 16. Stade V. Face latérale externe gauche, interne gauche, Le Néopallium du Mouton 47




£.0. Fig. 17. Stade VI. Face latérale externe droite.

S.



Fig. 19. Stade VII. Face latérale externe droite. Fig. 20. Stade VII. Face supérieure.

ep. S. 6.





Fig. 21. Stade VII. Face latérale interne droite, Fig. 22. Stade VIII, Face latérale externe gauche, 48 R. Anthony et J. de Grzybowski

veloppement plus avancé du complexe sylvien; apparition du vertical; appari- tion du crucial en continuation de lintercalaire; apparition, 4 droite, de lentolatéral.

Face interne (Fig. 21): Comme dans le stade précédent, avec cette seule différence que l’intercalaire se prolonge en avant et donne le crucial sur la

face externe

Indice Haut. tél. x 100 =72-0. Long.

Stave VIII

Les particularités du cerveau au stade VIII sont les suivantes: ; Face externe (Fig. 22 et 23): La presylvia qui est complétement developpée


Fig. 23. Stade VIII. Face supérieure. Fig. 24. Stade VIII. Face latérale interne gauche.

s’arréte, comme chez le Boeuf, avant d’atteindre la rhinale antérieure. Le sillon y part de l’ectosylvia, antérieure, disposition inconstante, comme nous Vavons déja noté. L’ectolatéral, 4 apparition duquel nous n’avons point assisté par manque du stade précis caractéristique, est extrémement développé aussi développé que le latéral; l’entolatéral reste au contraire trés petit et n’existe encore qu’a droite. Le vertical semble absent, et, en raison d’une particularité qui doit étre assez rare, les deux cruciaux sont décalés lun par rapport a l’autre, le droit étant beaucoup plus antérieur que le gauche.

Face interne (Fig. 24): La principale particularité 4 signaler est le développe- ment et la complication de la partie postérieure de l’intercalaire c’est a dire de la calearine.

Haut. tél. x 100

Indice Tong. = 67-7, Anatomy LXxxI



Tra

IF oO” Fig.

Fig. 26. Stade VIII bis. Face supérieure.




J

27. Stade VIII bis. Face latérale interne gauche.


Le Néopallium du Mouton

49

Fas P- Fig. 28. Stade IX. Face latérale externe droite. 50 R. Anthony et J. de Grzybowski

Stabe VIII sis

Face externe (Fig. 25 et 26): A peu prés rien a signaler, si ce n’est que lectolatéral ne présente pas le développement exagéré constaté sur le cerveau précédent. De plus, le vertical et le crucial ont leur aspect normal. ,

Face interne (Fig. 27): La partie postérieure de l’intercalaire n’est pas compliquée, comme dans le cas du cerveau précédent. Par contre, il existe une ébauche de calloso-marginal, non seulement en arriére, mais en avant; nous avons constaté l’absence de ce sillon dans la plupart des cerveaux

précédents. Haut, tél. x 100

Indice Long.

= 63-6.


“7%

' i ‘ { ' ' ' 1 !

S)




wane oe eS. a ~- Lt Nee Z / ..--8. ( ---\ew---)\- L 2. l --\.---\_- ff. ered.

Fig. 29. Stade IX. Face supérieure.

Stave IX

C’est sensiblement I’état adulte (Figs. 28, 29, 30). Les seules différences que ce cerveau présente avec le précédent consistent en des complications secondaires. Le sillon y n’est pas en relation avec l’ectosylvia, ou, pour mieux dire, avec le complexe sylvien qui est maintenant complétement formé; Vectolatéral est trés développé; le calloso-marginal est bien développé, mais

fragmentaire. Haut. tél. x 100

Indice Long.

=57-1. Le Néopallium du Mouton 51

RESUME ET CONCLUSIONS

En résumé, le cerveau du Mouton est du méme type que celui du Beeuf, s’en distinguant pourtant, tant au point de vue de sa morphologie chez l’adulte que de la marche de son développement par un certain nombre de caractéres qui ne sont point sans importance.



50 ! 1 ! ! ! ! ! ! ! !

Fig. 31. Graphique destiné & montrer le développement de la forme allongée du télencéphale chez le Porc (P.), le Cheval (Ch.), le Boeuf (B.) et le Mouton (1.).

(1) Comme le cerveau du Boeuf, il est trés allongé par rapport 4 sa hauteur. C’est une forme commune 4 tous les cerveaux d’Ongulés et qui s’accentue au cours de I’évolution ontogénique. Cependant, la comparaison a4 cet égard du cerveau du Mouton avec celui du Porc, du Cheval et du Bcoeuf permet de mettre en lumiére un certain nombre de conclusions qu’exprime le graphique de la Fig. 31, d’une maniére assez inexacte d’ailleurs, puisque les stades ne se

4—2 52 R. Anthony et J. de Grzybowski

correspondent pas exactement d’une espéce 4 l’autre, en d’autres termes que les intervalles de temps ne peuvent étre considérés comme étant rigoureuse- ment égaux: Au début, le cerveau du Mouton est le plus allongé des quatre, celui du Pore étant au contraire le plus prés de la forme sphérique, ce qui doit sembler naturel, étant donné que le Pore est en quelque sorte le moins Ongulé des Ongulés actuels, ayant, 4 divers égards, notamment 4 celui de la morphologie néopalléale, des caractéres le rapprochant, en une certaine mesure, des Carnassiers. A partir de ce stade de début, le cerveau du Mouton prend, de plus en plus, la forme allongée comme celui des autres Ongulés, mais Pétant finalement moins que celui du Pore, du Cheval et du Boeuf. Ceci est probablement di, au moins en partie, 4 la moindre taille du Mouton. On sait en effet que, d’une facon générale, dans un groupe d’animaux comparables, le cerveau se rapproche d’autant plus de la forme sphérique que la taille so- matique est plus réduite.

Stades Indices Stades Indices I 17-7 Vv TV-7 I bis 80-0 VI 73-0 II 80-0 } 80-0 VII 72-0 Til 82-3 } 18-6 VIII 67-7 III bis 75-0 VIII bis 63-6 IV 72-7 IX 57-1

(2) De méme que celui du Boeuf, le cerveau du Mouton est caractérisé par Poperculisation progressive du gyrus arcuatus No. 1. Il en est de méme aussi chez le Pore; c’est done, semble-t-il, une caractéristique fondamentale du télen- céphale des Ongulés artiodactyles. Mais, alors que chez le Boeuf l’operculisa- tion ne s’accomplit pas en fait, la premiére circonvolution arquée restant superficielle, et méme se subdivisant en deux étages, elle s’accomplit, au con- traire, chez le Mouton, de méme que chez le Porc. Notons par parenthéses que, chez le Cheval, l’operculisation qui porte en avant, comme chez les Artiodactyles sur le gyrus arcuatus No. 1 ne porte, en arriére, que sur le rhinen- céphale (lobe piriforme), d’ot il s’ensuit que le sillon d’operculisation est en avant Vectosylvia et, en arriére, la rhinale elle-méme. Au surplus, l’operculisation n’atteint pas, chez le Mouton, le méme degré de perfection que chez le Porc, le gyrus arcuatus No. 1 restant toujours largement visible. Il convient aussi de noter que si, chez le Porc, plus voisin des Carnassiers, le complexe sylvien est, comme chez eux, oblique de bas en haut et d’avant en arriére, il est nette- ment vertical chez le Mouton et, il est facile de se rendre compte de ce que, s’il existait chez le Cheval et le Boeuf, il aurait aussi cette direction verticale. Enfin, insistons sur ce fait que, si chez le Pore et le Boeuf, le creusement de Pectosylvia commence par sa branche antérieure, il commence par sa branche postérieure chez le Cheval et le Mouton.

(8) L’apparition de la calearine est chez le Mouton trés tardive; c’est un fait commun, non seulement aux autres Ongulés déja étudiés, mais aux Carnassiers, l’ensemble de ces animaux se différencient 4 cet égard des Pri- Le Néopallium du Mouton 53

mates ou le creusement, sinon de la calcarine, mais de la retrocalcarine (fosse striée) est, au contraire, extrémement précoce.

(4) Comme chez le Beeuf, le crucial apparait, chez le Mouton, 4 une époque trés tardive; mais il est 4 remarquer que ce sillon est beaucoup plus développé et plus typique chez le Mouton que chez le Beeuf.

(5) La presylvia est courte chez le Mouton, comme chez le Boeuf.

(6) L’ectolatéral a une beaucoup plus grande importance chez le Mouton que chez le Boeuf, arrivant méme a prendre les dimensions et l’aspect du latéral. Nous n’insisterons pas sur les différences dans l’ordre de succession des sillons que présente le Mouton par rapport au Boeuf.

Indications relatives aux figures.

Néopallium: S. Suprasylvia. e.a. ectosylvia antérieure. e.p. ectosylvia postérieure. P. Presylvia. 1. latéral. ecl. ectolatéral. enl. entolatéral. c. coronal, V. Vertical. Cc. Calcarine. t. intercalaire.

g- genualis. y- sillon y. 8. oblique de G. Elliot-Smith.

cm. calloso marginal.

X. crucial. Rhinencéphale: r.a. rhinale antérieure.

r.p. thinale postérieure.

er. endorhinale.

h. fissura hippocampi.

d. gyrus dentatus.

f. fimbria (fornix).

sg. sulcus sagittalis.

t.o. tubercule olfactif.

Toutes les figures sont au double de la grandeur naturelle.



Cite this page: Hill, M.A. (2020, May 29) Embryology Paper - The sheep neopallium - study of its development and interpretation of its folds (1936). Retrieved from https://embryology.med.unsw.edu.au/embryology/index.php/Paper_-_The_sheep_neopallium_-_study_of_its_development_and_interpretation_of_its_folds_(1936)

What Links Here?
© Dr Mark Hill 2020, UNSW Embryology ISBN: 978 0 7334 2609 4 - UNSW CRICOS Provider Code No. 00098G